Qu’entend-on par « régime » ?

Comme l’indique le proverbe, « nous sommes ce que nous mangeons ». L’alimentation joue incontestablement un rôle important dans notre vie : elle ponctue chaque journée, détermine la manière dont nous organisons notre temps et exerce un impact significatif sur notre état mental, physique et émotionnel.

Lorsque nous évoquons notre rapport à la nourriture, nous parlons souvent de régime. L’interprétation du concept de régime tend à suggérer un unique but : maigrir. En fait, cela est trompeur. La perte de poids n’est qu’un des aspects de ce que nous mangeons et la façon dont nous mangeons. Elle ne représente pas la manière la plus saine ni la plus appropriée de se nourrir.

La prolifération des nouvelles méthodes appelle à réflexion.

Le mot « régime » vient du grec ancien et signifie en réalité « mode de vie ». Il est peut-être temps de revenir à ce sens premier, et de considérer notre régime comme quelque chose de bien plus holistique, c’est-à-dire comme une manière globale d’envisager la vie et la santé. Les régimes amincissants sont transitoires. Nous en avons tous déjà essayé au moins un à un moment donné, influencés par le battage médiatique, ne jurant que par le plus récent et allant jusqu’à réduire considérablement la quantité de nourriture ingérée, emportés par la promesse de la minceur.

La prolifération des nouvelles méthodes appelle à réflexion. Il n’existe pas de solution de facilité. La plupart des régimes amincissants impliquent une approche irrationnelle, en éliminant ou en se concentrant au contraire sur un groupe alimentaire clé. À court terme, un changement rapide et visible est possible, mais à long terme, l’équilibre et la modération donnent de bien meilleurs résultats.

Vous n’avez pas besoin d’un gourou pour revoir votre régime, mais simplement de bon sens. Et nous savons qu’un cadre trop strict a souvent un effet rébarbatif. Les règles deviennent trop restrictives et nous finissons rapidement par jeter la méthode de régime à la poubelle, désespérément en manque du seul ingrédient qui nous a été interdit !

Pour un changement réel et durable, pensez à aligner votre programme alimentaire global sur un régime sain, avec des objectifs réalistes et une structure plus libératrice que restrictive. Choisissez un plan plus ou moins rigoureux. Vous vous connaissez bien : cela vous aiderait-il d’avoir des directives claires à suivre, ou préféreriez-vous disposer de marge de manœuvre pour improviser dans une direction plus générale ?

En prenant le temps de réfléchir à votre régime, vous apprendrez la différence entre les « bonnes » et les « mauvaises » graisses, l’effet bénéfique de certains fruits et légumes, graines et huiles sur différents aspects de la santé, et l’importance de boire de l’eau. La science nutritionnelle sous-jacente a beau être complexe, les informations de première ligne sont généralement faciles à assimiler (pour employer un terme du domaine !) et il est facile de prendre des décisions positives sur la manière de les appliquer à ce que vous mangez et buvez.

Vous pouvez explorer les régimes d’autres cultures, tels que le régime méditerranéen, riche en couleurs et en saveurs, et néanmoins prouvé comme réduisant les risques liés aux trois fléaux modernes : les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et les accidents vasculaires cérébraux. Les régimes alimentaires asiatiques, basés sur le riz, les nouilles, la protéine de soja et le poisson, avec peu de viande rouge ou de produits laitiers, offrent une bonne alternative.

La connaissance que vous en retirerez vous équipera pour comprendre les raisons qui motivent votre propre régime sur mesure et équilibré. Vous aurez une ligne directrice, et en l’adaptant à vos goûts et vos attentes, avec des objectifs très accessibles, vous aurez bien plus de chances de vous y tenir et de constater des effets positifs sur votre bien-être, votre vitalité et votre santé physique en général.

inset_article_EW2