Les bienfaits de la « pleine conscience »

Cela vous arrive-t-il d’oublier la fin d’un roman que vous avez terminé récemment ? Ou même le passage d’un livre que vous venez tout juste de lire ? Vous êtes-vous déjà promené dans un endroit magnifique, avant de réaliser que vous n’avez pas profité du paysage qui s’offrait à vous parce que vous étiez pris dans vos pensées ?

Dans un monde où le stress, la maladie ou les exigences excessives de la vie professionnelle ou privée nous laissent peu d’occasions pour souffler et prendre le temps de réfléchir, la technique de la « pleine conscience » peut être un moyen de nous libérer de nos préoccupations constantes.

La tradition et la science comme fondements de la pleine conscience

Le concept de la pleine conscience, qui tire ses origines du bouddhisme, existe depuis plus de 2 500 ans. Selon la tradition bouddhiste, la pleine conscience est la présence d’esprit de voir les choses et les situations telles qu’elles sont vraiment, plutôt que comme on aimerait qu’elles soient. Cela implique de comprendre clairement nos pensées, nos sensations, nos actions et notre environnement. C’est-à-dire d’en avoir pleinement conscience, sans attache affective ni influence conceptuelle. La pleine conscience nous permet ainsi d’appréhender les situations, les actions et les personnes d’une manière plus objective. Mais l’avantage de cette technique ne se limite pas à l’objectivité. Alliée à la patience et à la compassion, la pleine conscience peut contribuer à réduire l’anxiété et aider à ne pas se laisser emporter en cas de situation stressante.

La pleine conscience est la présence d’esprit de voir les choses et les situations telles qu’elles sont vraiment.

La science moderne commence à reconnaître les nombreux effets positifs qui sont liés à cette technique. Certaines recherches psychologiques et neuroscientifiques suggèrent que la pratique de la pleine conscience peut réduire les symptômes psychologiques qui accompagnent fréquemment les maladies graves. Elle peut également aider à gérer la douleur chronique et elle est souvent bénéfique pour les personnes qui souffrent de troubles anxieux ou de l’humeur. En outre, des scientifiques ont étudié dans quelle mesure la pleine conscience pouvait nous aider à faire face aux situations stressantes. Leurs résultats indiquent que les personnes qui pratiquent régulièrement la pleine conscience peuvent améliorer leur capacité à se concentrer et renforcer leur attention, notamment dans les situations stressantes.

Pourquoi ne pratiquons-nous pas davantage la pleine conscience ?

Si la pleine conscience a tellement de bienfaits, pourquoi ne la pratiquons-nous pas plus au quotidien ? Parce que cela demande des efforts et de l’entraînement, comme beaucoup de choses.

Il existe néanmoins plusieurs moyens simples pour mieux prendre conscience de nous-mêmes et de la vie autour de nous.

La pratique de la pleine conscience

Habituellement, la première chose que l’on demande aux personnes qui souhaitent apprendre la méditation, c’est de prendre conscience de leur propre respiration.
Si vous êtes tenté, voici quelques recommandations élémentaires. Commencez par trouver un endroit calme, et éteignez les téléphones, téléviseurs et autres appareils susceptibles de vous déranger. Installez-vous confortablement et essayez d’observer votre respiration, c’est-à-dire de suivre chacune de vos inspirations et expirations. Représentez-vous votre cage thoracique qui se gonfle et se relâche. Essayez de vous concentrer pour respirer naturellement pendant une dizaine de minutes.

Alors que vous lisez ces lignes, vous ne réalisez peut-être pas que la respiration est un excellent point de départ pour pratiquer la pleine conscience. Généralement, nous ne prêtons pas attention à notre respiration, car nous la tenons pour acquise. Vous vous apercevrez néanmoins que le fait de se concentrer sur quelque chose d’aussi subtil que sa propre respiration représente déjà un défi. À coup sûr, vous vous perdrez dans vos pensées : « Qu’est-ce que je pourrais bien faire à dîner ce soir ? » ; « J’ai oublié de rédiger ce mail ! » ; « Est-ce que j’ai mis le goûter des enfants dans leur sac ? »…
Il faut commencer par comprendre que ces divagations sont très courantes lorsque l’on débute dans la pratique de la pleine conscience. Pour la plupart d’entre nous, il est difficile de lâcher prise et d’oublier ce qui nous encombre l’esprit.

De plus, nous sommes conditionnés par notre quotidien et de nos jours, nous absorbons plus d’informations, plus rapidement que jamais. Nous ne sommes plus habitués à nous concentrer sur une seule chose à la fois – surtout sur quelque chose d’aussi subtil et omniprésent que notre propre respiration. L’astuce consiste à reconnaître que notre esprit a divagué, puis à se concentrer de nouveau sur la respiration. Ne déplorez pas votre manque de concentration, car le fait de remarquer que vous êtes distrait prouve déjà votre présence d’esprit. Soyez prêt à répéter cela plusieurs fois avant de réussir à rester pleinement concentré sur votre respiration.

Quelques exercices de pleine conscience à pratiquer au quotidien

Pour penser un peu différemment, vous pouvez aussi tout simplement profiter de toutes les tâches répétitives que vous effectuez chaque jour, en réfléchissant par exemple à la manière dont vous vous brossez les dents, vous vous habillez, vous enfilez vos chaussures, vous vous lavez les mains, vous montez et descendez les escaliers, ou à la façon dont vous écoutez les autres.

Vous vous demandez peut-être en quoi prendre conscience de votre brossage de dents peut vous aider. Il suffit de considérer ces exemples comme un exercice pour vous concentrer sur ce que vous êtes en train de faire plutôt que de vous perdre dans vos pensées qui sont peut-être à mille lieues. En prenant davantage conscience de ce genre de tâches répétitives, vous améliorerez votre capacité à vous concentrer sur ce que vous êtes en train de faire à l’instant présent, et serez ainsi plus à même de comprendre ce que vous faites, ce que vous dites et ce que vous pensez. C’est justement cela, l’avantage sous-jacent de la pleine conscience. En commençant par vous exercer avec des tâches simples et répétitives, vous pourrez ensuite transposer ces capacités de prise de conscience à des situations plus complexes.

Chacun d’entre nous rencontre des difficultés dans sa vie. Il y a parfois des personnes avec lesquelles on ne sait pas comment communiquer, des présentations professionnelles à préparer, des enfants qui demandent beaucoup de notre temps et de notre énergie… Face à de telles situations, la pleine conscience peut nous aider à mieux réagir. Au début, nous nous contentons souvent de réfléchir à ce qui s’est passé avec du recul. Mais avec le temps et en faisant preuve de plus de présence d’esprit dans notre quotidien, nous pouvons appréhender activement les situations de ce type et mieux les comprendre. Nous réagissons alors de manière plus rationnelle et nous nous facilitons la vie, à nous-mêmes comme à ceux qui nous entourent.

Il existe aujourd’hui de nombreuses approches de la pratique de la pleine conscience, avec des techniques et des objectifs différents. Le mieux est d’adopter celle qui vous convient, en termes de temps et de personnalité. Si vous êtes intéressé, vous pouvez trouver un coach en ligne. Avec un peu d’entraînement, vous profiterez des bienfaits de la pleine conscience et atteindrez une certaine tranquillité d’esprit.

small image_186x186_LPF_microsite_July2015