La quantité au détriment de la qualité?

En tant que consommateurs, de nombreux choix s’offrent à vous pour vos courses alimentaires. Les rayons des supermarchés sont remplis de produits, et bien que l’étiquetage se soit amélioré ces dernières années, ne vous donne-t-il pas un faux sentiment de sécurité ?

Vos aliments préférés regorgent-ils toujours autant d’additifs et de conservateurs, au détriment des propriétés nutritionnelles ?

Pour faire vos courses, vous n’avez que l’embarras du choix. Il suffit d’entrer dans un supermarché pour se retrouver dans des allées remplies de produits variés. Un nombre incalculable de variétés de pain s’offrent à vous, par exemple, du pain de mie emballé et tranché aux baguettes toutes chaudes cuites sur place, en passant par les miches emballées sous vide pour en prolonger la conservation.

En regroupant sous un même toit la plupart des articles de consommation d’un foyer moyen, il est vrai que les supermarchés vous facilitent la tâche. Alliant commodité et progrès des technologies alimentaires, de nombreux produits durent plus longtemps, à la fois sur les rayons des magasins et à la maison. Ils n’ont donc plus besoin d’être consommés immédiatement.

Étiquetage des produits alimentaires

Ces dernières années, l’étiquetage des produits alimentaires s’est amélioré à travers le monde. Désormais, il est plus facile de trouver les informations indiquant si le produit est sain et à teneur élevée, moyenne ou faible en acides gras saturés, glucides ou sel. De plus, l’emballage indique normalement les valeurs de référence consommées en calories, acides gras, glucides et sel pour une portion de 100 g.

Avec de telles étiquettes, il est tentant de croire que l’on dispose des données essentielles. Toutefois, même si ces informations constituent une bonne base concernant les acides gras, les glucides et les calories, il est parfois nécessaire de chercher plus loin pour bien identifier le contenu du produit.

L’étiquetage des produits alimentaires a considérablement progressé, certes, mais les additifs et les conservateurs restent présents dans de nombreux produits.
L’étiquette des ingrédients vous renseigne à ce sujet. Les additifs permettent d’améliorer l’aspect, le goût et la conservation des produits. Parfois, ils servent aussi à en faire baisser le coût.

Ce mode de conservation des aliments n’est pas nouveau. Le sel, par exemple, est utilisé depuis des siècles. Cependant, certains additifs sont plus naturels que d’autres.

Aperçu des additifs

Les additifs alimentaires les plus courants sont les antioxydants, qui empêchent la décomposition et le brunissement, les exhausteurs de goût, qui améliorent la saveur, ainsi que les conservateurs, qui prolongent la durée de conservation des denrées.

Les colorants et les édulcorants sont également beaucoup utilisés, tout comme les émulsifiants, les agents stabilisants, les épaississants et les gélifiants. Ces derniers permettent de mélanger des ingrédients qui ne le feraient pas naturellement (comme l’eau et l’huile), pour les besoins de recettes spécifiques.

Avant d’être intégrés aux aliments, les additifs doivent être testés pour vérifier qu’ils sont sans danger et qu’ils « ajoutent » véritablement quelque chose au produit, sans quoi ils ne sont pas autorisés. Si les additifs sont conformes aux normes de l’UE, par exemple, un numéro commençant par la lettre « E » leur est attribué. Les fabricants peuvent utiliser le numéro E dans la liste des ingrédients ou bien mentionner le nom complet de l’ingrédient.

Certains additifs et numéros E autorisés dans l’UE ne le sont pas toujours ailleurs dans le monde. Ils sont parfois même jugés risqués, ce qui peut prêter à confusion.

Tous les additifs ne sont pas mauvais pour la santé et n’altèrent pas nécessairement la valeur nutritionnelle des aliments. Dans certains cas, un numéro E peut être attribué à des ingrédients naturels. L’E300, par exemple, correspond à la vitamine C, l’E101 à la vitamine B2, l’E160c au paprika et l’E162 au rouge de betterave. Ce sont les additifs de synthèse qui posent problème aux personnes soucieuses de préserver leur santé.

Pour connaître la quantité d’additifs ou de conservateurs présents dans les aliments individuels et la valeur nutritionnelle d’un produit, il faut vérifier leur position dans la liste des ingrédients. Comme ils sont classés par ordre de poids, les principaux ingrédients d’un produit apparaissent en premier dans la liste.

Si des ingrédients comme le sucre, le beurre, l’huile ou le sirop de glucose figurent en haut de la liste, cela signifie que le produit est à haute teneur en acides gras et en glucides. Il risque donc de ne pas être très bon pour la santé. De même, si un numéro E ou un additif apparaît en tête de liste des ingrédients, c’est qu’il joue un rôle essentiel dans la composition du produit.

Manger sans additifs

Si vous souhaitez tirer les meilleurs avantages nutritionnels de votre alimentation, les denrées complètes et les produits frais ou biologiques, plutôt que les aliments transformés, vous apporteront plus de bienfaits naturels. Ils sont riches en vitamines et minéraux naturels, et dépourvus d’additifs et de conservateurs superflus.

Malheureusement, les aliments complets sont moins bien représentés dans les supermarchés. Mieux vaut donc fréquenter les magasins spécialisés. En outre, ces aliments sont souvent plus chers, car ils ne sont pas fabriqués en masse. Leur durée de vie est plus courte, car ils ne contiennent ni conservateurs, ni additifs pour garantir leur fraîcheur au-delà de leur limite de conservation naturelle.

Si le coût est un problème, pensez à déterminer les aliments les plus importants pour vous, à la fois en termes de valeur nutritionnelle et de polyvalence, et essayez d’acheter les meilleurs produits dans ces deux catégories. En les associant à d’autres produits de supermarché, vous aurez au moins l’assurance de recevoir les meilleurs nutriments essentiels, et vous pourrez absorber les autres en prenant des compléments.

Si vous souhaitez bannir de votre alimentation tout aliment transformé et riche en conservateurs et en additifs, alors adoptez des réflexes « bonne santé » : cultivez votre propre potager, allez au marché local et cuisinez des repas à base d’ingrédients frais. Cela vous demandera sans doute plus de temps et d’organisation, mais si vous souhaitez consommer le plus naturel possible, vous aurez au moins l’esprit tranquille.

Veiller à sa santé et prendre soin de son alimentation sont de bonnes habitudes. Comme le dit l’adage : « dites-moi ce que vous mangez, et je vous dirai qui vous êtes ».

veg