Gaspillage : comment en sommes-nous arrivés là ?

Du temps de nos grands-parents, la nourriture était précieuse. Les aliments conditionnés étaient une rareté, et entretenir son potager relevait d’une nécessité. Ce n’était pas un passe-temps à la mode, comme maintenant.

Aujourd’hui, la nourriture est devenue bon marché, et les aliments transformés sont partout. Nous sommes bombardés de statistiques diverses, sur les montagnes d’aliments jetés ou sur le nombre de personnes qui dépendent des banques alimentaires pour manger.

Des rapports récents indiquent qu’environ un tiers de la nourriture produite dans le monde chaque année est gaspillé.

Nous ne réfléchissons guère lorsque nous jetons une salade devenue toute visqueuse avant même que nous ayons eu le temps de la manger. Pourtant, des rapports récents indiquent qu’environ un tiers de la nourriture produite dans le monde chaque année est gaspillé.

Il existe forcément des solutions pour limiter ce gaspillage et utiliser les surplus produits par l’industrie agroalimentaire.

Contre le gaspillage alimentaire, une mobilisation à l’échelle mondiale

Le gaspillage alimentaire est une conséquence inévitable du choix faramineux de produits proposés par les supermarchés. Avec de tels stocks, qui présentent des différences en matière d’entreposage et de péremption, ils ont du mal à prévoir les ventes de produits par rayon ou par magasin. Il serait donc plus judicieux de trouver un moyen d’exploiter les surplus, plutôt que de les détruire.

Désormais, les gouvernements et les entreprises s’allient aux mouvements de lutte contre le gaspillage et aux associations pour mettre en place des initiatives pratiques. Le but : assurer une meilleure adéquation entre production et consommation alimentaire.

  • En février 2016, la France est le premier pays à avoir interdit aux supermarchés de jeter ou détruire les invendus alimentaires. Désormais, ils font don des aliments consommables dont la date de péremption est proche aux associations et aux banques alimentaires.
  • Au Royaume-Uni, 98 distributeurs, producteurs alimentaires et collectivités locales ont signé l’Accord de Courtauld. Rédigé par l’association WRAP (Waste and Resources Action Programme, Programme anti-gaspillage et de gestion des ressources), il entend réduire le gaspillage des aliments et des ressources, dont l’eau, de la ferme au domicile.
  • Au lieu de jeter les fruits et légumes abîmés ou de forme irrégulière, les supermarchés britanniques Asda, Tesco et Waitrose les vendent comme produits « cassés à prix cassé ».
  • Au Danemark, l’enseigne Wefood vend exclusivement – et à tarifs réduits – les surplus alimentaires rejetés par les supermarchés pour cause d’emballage abîmé, d’erreur d’étiquetage ou de péremption imminente.
  • Aux États-Unis et un peu partout en Europe, de nouveaux restaurants servent uniquement des menus créés à partir d’ingrédients rejetés par les supermarchés (la plupart du temps, car leur date de péremption approche).

Objectif zéro gâchis
Apprenons à aimer les restes

Chacun peut contribuer à réduire le gaspillage alimentaire. Si nous nous y mettons tous, nous pouvons vraiment faire la différence et réduire le gaspillage. Non seulement à la maison, mais aussi dans les supermarchés, qui changeront leurs façons de planifier et d’acheter les denrées alimentaires.

Quelques astuces pour réduire le gaspillage alimentaire chez soi

  • Faites comme au bon vieux temps
    Avec le rôti du dimanche, qu’il s’agisse d’un poulet ou d’un gigot d’agneau, vous pourriez faire bien plus qu’un seul repas. Pensez-y ! Vous économiserez aussi de l’argent.
  • Planifiez vos repas pour la semaine
    Faites l’inventaire de vos placards, de votre réfrigérateur et de votre congélateur. Achetez uniquement ce qui vous manque pour préparer vos repas. Le site Pinterest propose un choix intéressant de planificateurs de repas et de listes de courses. Une fois que vous aurez prévu les dîners, vous pourrez même organiser les déjeuners et petits-déjeuners afin de tirer le meilleur parti de vos courses hebdomadaires.
  • Faites du « fait maison » !
    Les plats préparés, c’est rapide. Mais vous n’avez pas le choix des quantités, et souvent, elles sont supérieures à vos besoins. En cuisinant vous-même, vous pouvez ajuster les portions à votre famille. Il existe des tas de sites Internet proposant d’excellentes recettes à préparer en 15 minutes.
  • Utilisez les restes
    Les soupes, les risottos, les currys et les woks sont délicieux et permettent d’utiliser facilement les restes de viande et de légumes. Intégrez-les à votre menu de la semaine afin d’utiliser vos restes, plutôt que d’attendre qu’ils ne se gâtent.
  • Ne respectez pas les dates limites à la lettre
    Pour savoir si un aliment est encore bon, regardez-le, et sentez-le ! Du temps où tout le monde se fournissait chez le boucher, le boulanger et le primeur, les dates de péremption n’existaient pas. On se fiait alors à ses sens : la vue, l’odorat et le toucher.
  • Pensez à la congélation
    Les aliments congelés sont aussi nutritifs que les aliments frais. Pour mieux contrôler les portions, choisissez des légumes surgelés. Et congelez les aliments que vous êtes sur le point de jeter. Le pain dur peut servir à faire de la chapelure. Et n’hésitez pas à congeler bananes bien mûres et autres fruits ramollis pour les incorporer à des smoothies ou des gâteaux ! Congelez les restes de viande pour les ajouter à vos ragoûts, et faites de même avec les légumes cuits pour en faire des soupes. Surtout, n’oubliez pas d’étiqueter le tout pour éviter les surprises au moment de la décongélation !

Comment réduire le gaspillage au supermarché et au restaurant

  • Au supermarché, préférez les comptoirs spécialisés. Ou allez chez le marchand du quartier ou au marché.
    Si possible, achetez la viande, le poisson, le pain, les fruits et les légumes au poids ou en quantité souhaitée. En achetant précisément selon vos besoins plutôt que dans des emballages ou des barquettes, vous économiserez de l’argent, et vous réduirez aussi la quantité d’emballage.
  • Encouragez les initiatives de réduction du gaspillage
    Fréquentez les marchands, les enseignes et les restaurants qui s’engagent à réduire activement le gaspillage, par exemple en donnant leurs excédents. Si nous sommes plus nombreux à faire savoir que nous approuvons ce mode de gestion, les entreprises seront plus nombreuses à l’adopter.
  • Sachez dire « non, merci »
    Au restaurant, n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Évitez de commander l’accompagnement que le serveur vous suggère, à moins d’être sûr de pouvoir le terminer. Les restes des restaurants sont bien plus difficiles à réutiliser. Tout ce que vous ne mangez pas sera, à coup sûr, purement et simplement jeté à la poubelle.
  • Fuyez les offres « un acheté, un gratuit »
    Toutes les offres qui vous poussent à acheter plus pour économiser sont aussi un excellent moyen de vous faire jeter plus. N’y succombez pas, sauf si vous êtes certain de pouvoir manger le supplément avant la date de péremption. Pour compenser, renoncez à un autre article.

Et enfin…

  • N’achetez de la salade en sachet que si vous avez l’intention de la manger dans les jours qui suivent. Parce que la salade n’est bonne pour la santé que si on la mange !

EW_186x186_microsite_Apr2016